Juggling community

English text to Russian text   UPLOAD PDF : russian-txt

a-serious-problem-in-the-juggling-community.mp3

He everybody I just wanted to take a moment today and address some things that are going on in our community right now, a lot of you might know what that is or we might not. That’s OK. I’m going to fill you in. So basically, there is a list that happens every year called the Top 40 Jugglers of the Year. It was started by Louis Burrage a long time ago. And essentially he puts out a video. People can vote for their top 10 jugglers of the year, whatever that means to them. And then he will take all of the responses and compile a list of the top 40 results that’s been going on for a while. It’s always been like that. And, you know, it is what it is. However, for a while now, people have been pointing out that the list doesn’t seem to accurately reflect what we see in the real world in juggling year after year. The list is primarily composed of white men and has an alarming lack of both women and people of color. And yes, clearly white men make up the majority of our community. And so it’s not surprising that a lot of them are on the top 40 list. But many people have criticized it, saying that it clearly favors white men more and that so many people are unfairly left off of the list for a variety of reasons. I’ve seen this discussion happening for years. I’m sure it’s been happening since the list began. But I have especially seen it really talked about in the last couple of years, and especially this year.

People have been talking about the inequalities within our juggling community so much more this year and frankly, how the list reflects that and is clearly a symptom of that and also feeds back into the problem. And it’s been an interesting discussion. Yesterday, Luke, the creator of the list, came out with a new rule, he said, in an attempt to try something new and different and fun, he wants to do an experiment where instead of voting for just any top ten jugglers, you can vote for up to five men and up to five women, essentially creating a gender quota on the results of the top 40 list. Now, one of the main concerns with that is that by doing that, by creating that quota, you are allowing more women to be put on the list who are theoretically less deserving of that spot and as a result, pushing more men off the list who otherwise would be deserving. And I think that’s a completely valid concern. That is a common concern with quotas in general, with equal opportunity actions. It’s a bold move. And I think on the surface, it appears like pretty unfair one. And I think it’s worth discussing and having an honest conversation about. And honestly, when I heard this, I was expecting most jugglers to say, yeah, this doesn’t sound like a great idea, but we’ll give it a try and see what happens.

I genuinely thought that was going to be the response. The response I saw instead really disappointed me. Immediately after Lou posted that announcement, I started seeing a flood of men in our community strongly opposing it, commenting on how bad it is, how unfair it is, how it’s not going to work, all these very intense, strong reactions so quickly. And I was shocked. I was shocked because so many people in our community genuinely opposed to this thing that they hadn’t even thought about yet, that they didn’t even give it a chance. And yet they were so quick to tear it down, to shut it down, to boycott it, to claim that it won’t work, to claim it won’t fix the problem, a problem that I don’t see most of them ever discussing or trying to really understand unless something like this happens where it affects them. And the fact that so many men in our community were so quick to tear this idea down, to give it no thought, to not even try to understand what it’s trying to do. And the problem it’s trying to fix was so disappointing, because, believe me, I don’t necessarily think that this is the right solution. I don’t necessarily think a gender quota is something our community needed or could handle clearly right now. And I think having that discussion about whether a gender quota is effective and can be helpful is a great and important discussion to have. But it’s clear many people in our community don’t want to have a discussion about it. They just want their opinions and perspectives to be heard, opinions and perspectives that are formed by a person who isn’t even affected by these problems, who has done very little research into how to fix these type of problems. Is a gender quota the answer? Maybe, maybe not. But it’s definitely worth discussing. It’s definitely worth thinking about more than the hour or two that many of you gave it. And in my opinion, it’s definitely worth trying.

Why not?

And a lot of people are saying, why not? Because it’s unfair. Because by doing this, you are. Overcorrecting the problem and making things unfair, and when I hear that, that tells me that you think the list was fair before and that’s a problem because the majority of people in that list have always been white men. And if you’re telling me that you genuinely believe the people on that list are the most deserving, typically, then you’re telling me that white men are the most deserving jugglers. And if you tell me, well, that’s because that’s the people at the top. The top jugglers in the world are white men. I would agree with you. I do think the majority of the top elite jugglers in the world are white men. But why genuinely, why? Why is that the case? Because if you’re telling me it’s purely because of determination and hard work and talent, then you’re telling me that white men are somehow naturally genetically predisposed to being better jugglers. And if we follow that train of thought, we can universally say that women and people of color naturally are not as good of jugglers. You’re telling me that nature naturally gifts white men with those abilities? I would disagree with that. And I think many people in our community and the world would as well, including many scientists. So why then are the top jugglers in the world and on the list, typically white men? That’s where privilege comes in. You’ve probably heard that word thrown around a lot this year because it’s been discussed a lot and a lot of people genuinely resist the idea of it and say that it doesn’t exist.

And that to me is absurd. In my opinion. Privilege clearly plays a major role in whether or not a juggler excels. And there are a lot of types of privilege. There are a lot of factors that go into whether you can become a great juggler, hard work, determination and talent, hard, just a fraction of it. What country you’re born in, what language you speak, how much money you or your family have, what age you were when you were first exposed to juggling, when you were born in the timeline of history and technology, your gender, your sexual orientation, your race, all of those things and more are really complicated. And they can add up to create a significant privileged advantage for a lot of people, typically for white men. And that is not to say that hard work and determination and talent don’t factor in. Of course they do, because if that weren’t the case, then all white men would be Anthony Guto. And that’s clearly not reality. You still have to have an amazing blend of incredible hard work, incredible determination and incredible talent. And that’s not even to say those without those privileges can’t make it. Clearly, we do see people break through all of that stuff and still make it. We have amazing women jugglers throughout history. We have amazing jugglers of color.

But when that ratio is so disproportionate, you have to acknowledge there’s something else going on that a lot of those people are simply not getting as fair of a chance that they’re getting filtered out before they ever get to reach their potential because of factors that have nothing to do with hard work or determination or talent. That’s privilege. And believe me, I’m not even saying that being a woman is the biggest hindrance you can get in juggling. I don’t think it is. I have a ton of privilege. Being a white woman gives me a ton of privilege. Everyone watching this video has a ton of privilege because there are jugglers all around the world that don’t have access to half of the things we have just because of the country they’re born in. And I can guarantee you there are some of those jugglers that have far more hard work, determination and natural talent than all of the people in the Top 40 list. But they will never get there because of privilege and it continuously trickles down. And every barrier you add to a person that has nothing to do with juggling the odds of them not making it go up. And the fact that a couple do make it there are a couple people on the list that are different doesn’t negate the fact that if they didn’t have those barriers, more people like that would probably make it. And if you’re so concerned with fairness and having the best possible competition, you would want everyone to have a fair shot.

We genuinely tried to make this a fair competition, genuinely tried to help those with less privilege have the opportunity to be great as much opportunity as those with privilege. If we genuinely did that, I think we’d be amazed at how much the technical ability goes up in our community we’d be amazed at. How much diversity we would see in the top, but those people are constantly getting picked off at various parts in their journey for factors that have nothing to do with how hard they work. And if you’re really concerned with how fair the list is and you really genuinely think that those who deserve it the most should be at the top, then you would care more about correcting that privilege so that those who do deserve it can get there. Not to mention that the top 40 jugglers list is essentially just a popularity contest. And if you really think that popularity is based purely on skill, I don’t know what world you’re living in. Popularity is so heavily affected by things that have nothing to do with juggling things like how active you are in a community, your ability to be active in a community, to even go to a community, how active and public you are online, your ability to even do that, your comfortability in the public eye, your comfortability being judged, how relatable you are, how much people feel like they connect and relate to you, even what you look like, whether people are attracted to you or that you fit the mold, that they expect somebody who’s popular in this area to look like and of course, yes.

Skill, all of those things and more go into popularity. But it is not all about skill and it is definitely not all about who deserves it. More popularity has very little to do with deserving, which is something that people had no issue pointing out. When I made it into the top 10, they had no issue telling me over and over again that I don’t deserve to be up there. They had no issue telling me that the list was not fair when I’m on it. But now suddenly so many people are claiming that the list was fair before and it’s now not with this new rule. Or is it rather that before it was primarily benefiting you based on judging criteria that benefits you and your privilege? And I think this is all complicated. I do. I genuinely think popularity is complicated. I think privilege is really complicated. I think racism is complicated. I think sexism is complicated. It’s all very complex and the answers are not obvious. And I totally understand why. For most people, the idea of judging this list based on who works the hardest makes sense because it’s simple. But when you do that, you’re ignoring the fact that the world is not simple, it is complex, and all these other things are so complex.

And by having a list that appears so simple that people then use to reinforce some of this negative behavior, to reinforce this idea that they don’t have privilege to reinforce continuously marginalizing members of our community, that list can become a really harmful tool. And for some, yes, it’ll be a great motivator. And for others it’ll be a reminder of where they stand in our community and their limited potential. It’s complicated. And will a gender quota fix it? I don’t know because it’s complicated, but it’s something we haven’t tried. At the very least, I think it’s worth more than the severe lack of thought that so many people have given it already. I think it had the potential to be interesting and fun and have some fun ripples in our community, especially for women. But I think based on the intense and immediate negative reaction and how clear it is that so many people are unwilling to give this a chance and are destroying this experiment before it even begins, I don’t think it will help at all. The only possible positive effect that I think it could have is that we are having this conversation right now and maybe, just maybe more people in our community will make more of a genuine effort to understand these problems, to listen to those who are saying problems exist, to being open, to trying new things that address those problems, even if it makes your life a little harder to give these things actual thought to have conversations about this, other than when it just affects you to try to see change in our community in more ways than just a list.

That doesn’t matter. I know there are probably a lot of people watching this, especially white men wondering how can I help genuinely wanting to try to help solve these problems? And to you, I say thank you. Thank you for being somebody who’s willing to make these changes as to what specifically you can do. There are a lot of things I encourage you to do, research online about gender inequalities, about equal opportunity actions, and try to understand how those could and do apply in our juggling community. Encourage you to listen when women in our community and people of color in our community specifically speak about their. Experiences and instead of telling them how to react to those situations, tell the people who are making those situations to stop talk about these issues in your local communities, specifically making place for the people who are experiencing these issues to talk, calling out other people who are doing and saying things that are sexist or racist in our community, no matter how small they are, no matter if they’re a joke or if they’re a parody, say something, shut it down. Be willing to at least try something different to see if it might help and genuinely try to understand and acknowledge the privileges that you have in your life.

We all have some figure out what they are, try to really understand why they’re there, and take time to try to give opportunities to people who don’t have those same privileges. It will make our community better in all of the ways it will give you better people to compete against. It will make you more deserving to be in the top 40 jugglers. I have so many more things I could say about this. I have researched it and thought about it and talked to so many people about all of these things. And I genuinely think they are valid, educated thoughts. And I would love to share them with you and I will someday. But sadly, it feels like today we’re at a point where we just have to acknowledge there’s a problem. First, we have to acknowledge that the top jugglers in the world didn’t just get there because of hard work and talent. If we can acknowledge that that’s a problem, we can start to understand why. If we can start to understand why, we can start trying to correct it. If you genuinely want to see juggling be the best it can be, you need to make sure that jugglers have the opportunity to be the best they can be. Let’s just wrap it up there. Yeah, do better. Just do much better.

Much, much better. Do better.

 

Le GR 70, Le chemin de Stevenson

Juillet 2020, le chemin serpente du Puy en Velay à Saint Jean du Gard à travers le Massif Central, Le Gévaudan  et les Cévennes.

Les étapes sont liées à la présence de campings. En moyenne 25 km par jour sur sentiers balisés. Le balisage est très bon et régulier.

Le Puy En Velay -Le Monastier sur Gazeille (camping Estela au bas du village en bord de rivière, possibilité de repas et petit déjeuner)

Le Monastier sur Gazeille – Le Bouchet Saint Nicolas (camping à côté du stade de foot, coeur de ville à 500 m pour restauration et courses)

Le Bouchet Saint Nicolas – Langogne (Plusieurs campings et supermarchés prévoir la nourriture pour 2 jours)

Langogne – Luc (Pas de supermarchés, aire de campement le long de l’Allier)

Luc – La Bastide Puy Laurent (super Camping à 2 bons kilomètres du centre ville, possibilité de restauration, le lendemain on repasse par le centre pour faire les courses de la journée)

La Bastide Puy Laurent-Le Bleymard (camping sur la gauche en arrivant à proximité d’un petit supermarché)

Le Bleymard – Le Pont de Montvert (camping et petit supermarché)

Le Pont de Montvert – Florac (Plusieurs camping à l’entrée de la ville, supermarchés)

Florac – Cassagnas (aire de camping)

Cassagnas – Saint Etienne Vallée française (Camping et supermarché)

Saint Etienne Vallée française – Saint Jean du Gard.

Notre sac complet avec 2,5 litres d’eau et la nourriture pesait aux alentours de 13 kg le matin au départ des étapes. En se munissant d’un filtre à eau (ruisseaux présents sur tout le parcours) et en optimisant le matériel, il est possible de descendre vers les 11 kg.

Ci-dessous, le lien vers les photos.

https://photos.app.goo.gl/3znxjSWaYUWG5nyZ9

Le matériel :

Sac à dos 48 litres Gregory Optic :  1,1 kg

Dans le sac :

Une tente Nordisk ULW : 950g

Duvet Vallandré Grashopper confort 0° : 900g

1 matelas neo-air Thermarest : 500 g

2 sacs étanches

Un pantalon, 2 paires de chaussettes, 2 caleçons, 1 Tee-shirt polyamide, 1 Tee-shirt merino, vêtements de nuit, 1 turtle-neck merino-polyamide, 1 veste Gore Tex, 1 paire de tongs

1 trousse de toilette et petite pharmacie

Papiers divers et argent, topo guide, chargeur appareil photo et montre

Sur moi :

Chaussures type trail : Brooks Cascadia

Short, Tee-shirt polyamide, 1 caleçon, 1 paire de chaussettes, appareil photo, couteau, casquette, montre GPS

Sibérie Trekking en Yakoutie

Grande Traversée des Monts Tcherskis

La grande traversée des monts Tcherskis est une véritable aventure d’envergure, à la fois trekking et expédition. Trekking, parce que cette grande aventure ne nécessite pas de compétence particulière d’alpiniste ou de kayakiste. Expédition par l’ampleur du projet : plus de 500 kilomètres en traversée du point de départ au point d’arrivée. La moitié en autonomie totale et à pied, 175 kilomètres en canoë sur la rivière Moma et le solde en canot à moteur ou en camion tout-terrain à travers la taïga ! Si ce circuit ne comporte pas de véritables difficultés techniques, il ne demande pas moins une excellente forme physique et mentale pour surmonter les inévitables difficultés et imprévus :
— isolement et éloignement,
— diète alimentaire particulière,
— longues marches (de 8 à 13 h/jour) sur terrain parfois difficile : lits de rivière encombrés de blocs, zones détrempées, sols couverts de mousses épaisses…,
— contournement pour trouver des gués praticables,
— portage : environ 6 kilos en trek et de 8 à 11 kilos en exploration,
— traversée de rivières dont le débit varie très rapidement,
— journées de kayak longues et parfois éprouvantes (remontée contre le vent),
— présence assurée de diptères (mouches, moustiques) tôt le matin et le soir,
— météo capricieuse avec d’assez fortes amplitudes de températures* de + 35 °C à – 5 °C,
— vie en groupe dans ces conditions,
— etc.
Il est essentiel de s’en persuader et de bien se préparer pour réussir ce projet unique car, s’agissant d’une traversée dans des contrées très isolées, les retours sont difficiles, voire impossibles : il faut aller au bout.

En 2011 nous avons réalisé ce voyage expédition.

Une aventure incroyable faite de marches dans une nature intacte souvent sans aucun chemin (merci le GPS), de rencontres, de longues descentes en canoé, de parties de pêche, d’anecdotes au coin du feu de camp, de luttes contre les moustiques, de découvertes d’immenses espaces, de partages avec les éleveurs de rennes, d’observation de la nature …

1er jour:

Vol pour Yakutsk via Moscou (aéroport DME).
Arrivée début en d’après-midi, nous sommes accueillis par les autres membres de l’expédition déjà présents.
La chaleur est étouffante et la présence de mouches du type midgees est bien réelle.
Nous nous rendons au marché chinois en bus privé pour acheter du matériel de pêche (lancers, cuillères…) et des cuissardes en caoutchouc. Certains font en plus l’acquisition d’un chapeau avec filet anti moustiques et d’un parapluie.

Nous passons la soirée et la nuit dans un hôtel proche de l’aéroport.

Au cours de la soirée présentation des membres de l’équipe et premier briefing nourriture, cohésion du groupe et difficultés à prévoir.
Nous sommes tous les trois sereins et dégustons une bière. Les membres du groupe nous paraissent bien entrainés et baroudeurs. Nous sommes les plus jeunes du groupe avec le guide français. Nous choisissons de ne pas trop livrer d’informations sur nos attentes et nos éventuelles inquiétudes. Nous nous mettons peu à peu dans le mode « aventure ».

Des membres du groupe se posent beaucoup de questions sur la nourriture notamment. On verra bien… surtout qu’avec mon frère nous sommes intolérants au lactose.

2ème jour:

Lever 5h00. Nous sommes en forme même si la nuit a été plutôt courte compte tenu de la difficulté à s’endormir. (Décalage horaire 9h00 en plus)
Nous chargeons le matériel personnel et la nourriture dans l’avion qui doit nous mener à UstNera. Une surcharge de 80 kg nous oblige à verser 1000 roubles (environ 25 euros) chacun en supplément.
Dans l’avion à hélices, j’essaye de dormir mais le bruit est assourdissant et mon dossier de fauteuil est à moitié cassé.

A l’arrivée à UstNera, le guide nous présente son carnet avec les coordonnées GPS des points à atteindre.
Le guide local annonce que cette année les pluies ont gonflé fortement les rivières et rendront le parcours aléatoire. L’eau des rivières est potable sans purification. Les bivouacs se feront près des rivières et de bois pour le feu. Les horsemen prendront des chemins différents du nôtre et nous les retrouverons au bivouac. Ils ne prépareront ni les tentes ni la nourriture pour le groupe. Si le feu est déjà allumé il nous faudra néanmoins collecter du bois pour l’entretenir.
Le guide fait les derniers achats de nourriture.
Nous passons la fin de journée dans UstNera. Une ville minière de quelques milliers d’habitants à l’architecture triste et dégageant une atmosphère pesante. Une ville prison au milieu de la Sibérie …

3ème jour:

Un camion 6×6 de l’armée nous transfert au début du trek.
En chemin nous nous arrêtons pour observer une mine d’or à ciel ouvert.
La route effondrée nous oblige à nous rendre au lieu de rendez-vous à pieds (4km). Nous prenons notre sac à dos à la journée avec les tentes et nous laissons toutes nos autres affaires sur le bord d’un chemin. Les horsemen viendront les récupérer plus tard dans la soirée.
Arrivés au camp nous découvrons une tente du type yourtes mongoles et la caravane de chevaux. Présentation de l’équipe de horsemen par le guide local qui parle impeccablement le Yakoute et l’Anglais.
Installation et montage des tentes. Ramassage du bois. Un orage se déclenche et des trombes d’eau s’abattent sur le camp pendant près d’une demi-heure. Nous nous réfugions sous la tente des horsemen. Le feu extérieur s’éteint.
Quand les horsemen reviennent nous découvrons nos affaires. Les sacs étanches ont bien joué leur rôle. Certains membres du groupe ne sont pas équipés en sac étanche. Toutes leurs affaires non protégées par d’autres sacs étanches intérieurs sont trempées. Nous rallumons péniblement le feu et passons la soirée à nous réchauffer. Les moustiques sont de sortie et ne nous laissent pas de répit.

4ème jour : environ 9h00 de marche et 1h15  de pause déjeuner

Lever 5h00.
Petit déjeuner 6h00.
Départ 7h00. Nous chaussons les bottes.
Montée progressive en longeant la rivière peu large et peu profonde (3 à 4 mètres de large pour 20 à 50 cm de profondeur). Alternance de marais et de cailloux. Nous traversons la rivière chaque fois que c’est nécessaire pour évoluer sur la meilleure berge. Les paysages sont fantastiques : rivières, collines boisées, prairies et quel bonheur d’évoluer dans un terrain sans chemin tracé.

Nous retrouvons les horsemen au bout de 5h00 et prenons le déjeuner avec eux. Il fait chaud. Nous faisons sécher nos pieds et nos vêtements. Près de la rivière les moustiques attaquent mais nous mangeons dans un endroit balayé par une petite brise salutaire qui éloigne les insectes volants. Au programme pain, nouilles chinoises, barres de céréales, sardines.
Après 1h15 de repos nous reprenons la marche. Le terrain est difficile. Touffes d’herbes et présence régulière de zones marécageuses nous obligent à alterner la marche en bottes et en chaussures de randonnée.
Vers 16h30 le groupe s’étire et mon frère se retrouve isolé entre deux groupes (environ 300m). Il aperçoit alors un ours qui évolue dans son secteur. Il l’observe brièvement puis reprend la marche d’un pas vif, hésitant entre la crainte de la rencontre dangereuse et la chance du trekkeur audacieux. Tout le monde est au camp vers 17h15.

Le soir un orage se déclenche. Nous mangeons sous une pluie raisonnablement dense et allons nous coucher car les moustiques ne nous épargnent qu’autour du feu.

5ème jour : environ 9h00 de marche et 1h15  de pause déjeuner.

Lever 5h20.
Petit déjeuner 6h00.
Départ 7h40. Nous chaussons les bottes.
Nous partons pour une longue montée marécageuse de plus de 2h00.
Chaque pas est un défi d’équilibre et il faut lever les jambes bien haut pour extirper son pied de la boue et des lichens.
Lotie fait la trace d’un pas lent et régulier qui convient à tout le groupe.
Je ne regarde pas beaucoup le paysage. Je suis concentré sur le mouvement de mes jambes et le rythme du groupe.
A mesure que nous montons le terrain devient plus sec. Les mélèzes apparaissent et les premières pierres les accompagnent.
Slava, le guide local, trouve un coin à myrtilles. Nous nous allongeons tous et dégustons les fruits et des barres de céréales.
La vue sur la vallée est magique.
Nous reprenons notre route et franchissons un col après une marche dans la roche. Nous avons tous remis nos chaussures de randonnées pour l’occasion.
Puis c’est la longue descente qui nous conduit dans une autre vallée. Nous déjeunons vers 12h00 près d’une rivière de 15 mètres de large ou nous retrouvons les horsemen. Au programme pain, nouilles chinoises, barres de céréales, sardines et viande en boîtes.
Le chemin reprend avec les bottes et la chaleur s’accentue.
Nous franchissons un marais avec de l’eau au genou qui nous mènent à un ancien goulag féminin. Traversée éprouvante, aventure totale. Il reste quelques traces au goulag, notamment des restes de machines de coupe du bois et un cimetière. Ambiance particulière, émotion au rendez-vous. Nous essayons d’imaginer la vie durant l’hiver rigoureux.
Nous reprenons la marche et atteignons un canyon. Le sol est gelé par endroit et nous découvrons des zones de permafrost.

La fin de la marche nous paraît longue et c’est avec soulagement que nous atteignons le campement vers 18h30.
Nous décidons de nous rincer le corps dans la rivière. L’eau est si froide que nos pieds brûlent au bout de moins d’une minute. Après toutes ces péripéties et pour célébrer la nature sauvage nous nous régalons tous les trois d’un fond de tasse d’alcool de poire ramenée par mon ami Seb.
Certains membres du groupe commencent à souffrir sérieusement des pieds car les bottes en caoutchouc font fermenter et provoquent des ampoules au niveau de la maléole. La fatigue se fait sentir chez certains et de légères tensions apparaissent notamment sur des questions de nourriture.
Je suis pour ma part en grande forme et sans bobos. Seb souffre d’une ampoule sans gravité et Bruno est nickel.
Nous positivons et ne nous associons pas aux quelques inquiétudes de certains membres même si nous y sommes sensibles et attentifs.
Repas au près du feu et nuit réparatrice.

6ème jour : environ 9h30 de marche et 1h15  de pause déjeuner.

Lever 5h20.
Petit déjeuner 6h00.
Départ 7h30. Nous chaussons les bottes.
Nous démarrons dans un mélange de forêt dense et de marais. Le lancer dépasse de mon sac et se prend dans les branches régulièrement.
Présence de permafrost et découverte de bois d’élan. Bruno a mal mis sa chaussette et une ampoule vient lui agresser la cheville après 45 minutes de marche en bottes. Il colmate tout cela et prend son mal en patience.
Nous franchissons des rivières avec un accès aux berges parfois délicat. Plusieurs d’entre nous sont déséquilibrés sans gravité.
Après 4 heures de marche nous atteignons une immense prairie gorgée d’eau. Nous retrouvons les horsemen sur un promontoire et déjeunons.
La reprise s’effectue à flanc de colline (pour éviter la zone marécageuse et permettre d’enfiler les chaussures de randonnées) dans une longue montée parsemée de pierres instables. Le paysage se transforme peu à peu et devient minéral. Au loin les horsemen franchissent le col. Les chevaux ont été efficaces dans les profonds marais de la vallée.

Après le col nous nous retrouvons au milieu d’un canyon garnis sur ses flancs de centaines de milliers de pierres. Puis le canyon s’ouvre après une heure de marche sur une plaine qui nous laisse sans voix. Nous contemplons l’immensité et nous ne pouvons même plus évaluer les distances tellement le regard porte loin. Instants magiques d’observation et de contemplation.
Nous descendons alors dans cette plaine et remontons pour franchir un nouveau col. Puis nous entamons la descente d’un pierrier raide avant de reprendre sur un plateau. Enfin le camp apparait au loin, tout au bout d’une longue plaine traversée par une rivière. Nous arrivons au camp vers 18h30. Le froid est piquant et repousse les moustiques. Le lieu nous fait penser aux vastes plateaux de l’Altaï mongolien. Après un solide repas nous nous emmitouflons dans notre duvet et nous préparons à une nuit de sommeil parsemée de rêves retraçant cette incroyable journée.

7ème jour : environ 7h00 de marche et 1h15  de pause déjeuner.

Lever 5h20.
Petit déjeuner 6h00. Nous flânons et profitons des paysages magiques.
Départ 8h20.
Nous rattrapons rapidement une piste et franchissons un col ou figure un lieu d’offrandes.
Le chemin descend et le rythme de marche est soutenu. (je préférais largement les conditions difficiles des marais et des montagnes à ce train lancé à travers les chemins. Mon frère est bien d’accord.)
Nous alternons les bottes (traversée de rivières) et les chaussures de randonnées.
Enfin nous longeons la rivière sur un lit de galets désagréables pour la voûte plantaire.
La journée se prolonge par une marche dans une plaine. Nous arrivons dans un lieu de bivouacs occupé par quelques familles yakoutes en vacances sous leurs yourtes. Nous dégustons du poisson fumé et sommes intrigués par un glacier qui se situe au loin, face au camp, de l’autre côté de la plaine. Le soir nous tardons tous les trois à nous coucher. Le temps est magnifique, nous avons pris un bon bain dans la rivière et bu un petit verre de rhum sous le regard des marmottes. Nous sommes invités avec le guide français, par les locaux, à prendre le thé sous leur tente et à déguster un peu de pain et de poissons. Rires, photos, nuit réparatrice.

8ème jour : environ 7h30 de marche et 45 min  de pause.

Lever 8h00.
Petit déjeuner 9h45.

Départ pour le glacier pour une ballade d’environ 1h30. Le lieu est splendide. La glace scintille au milieu d’un canyon. L’eau se répand tout autour du glacier dans un son mélodieux. La plaine qui entoure le glacier est parsemée de centaines d’espèces de fleurs.
De retour au camp nous partons pour 2 heures de marche jusqu’au camp suivant, celui des éleveurs de rennes.
La marche est magnifique et de nombreux lacs se présentent à nous. Au bout de 2h30 nous apprenons que le camp sera finalement plus loin que prévu car le terrain n’est pas favorable au campement.(manque de bois pour le feu)
Seul souci : il faut compter 4 heures de marche supplémentaires et nous n’avons pas mangé ce midi.
Nous remontons trois lacs. Le terrain est instable et difficile. La fatigue et la lassitude se font sentir. Heureusement Lotti sort de son sac une boîte qui contient un trésor : du pain italien aromatisé aux herbes. Chacun se délecte de ce met et l’agrémente de barres de céréales personnelles. La marche reprend dans une ambiance plus détendue.
Vers 18h00 nous voyons apparaitre un cavalier suivi de son chien au pelage roux magnifique. Un troupeau de 1000 rennes franchit alors la colline et nous émerveille.

Nous gagnons le camp et profitons de la soirée. Les pieds de certains d’entre nous sont bien abimés. Pour notre part tout va bien, même le pied de mon frère ne le fait plus souffrir. Nous nous endormons et au petit matin (4h00) nous sommes réveillés par le troupeau de rennes qui passe exactement là où nous avons planté la tente. Je me précipite dehors pour prendre une photo. Les moustiques n’en demandaient pas tant. Un homme en caleçon dans la toundra.

9ème jour : journée de repos.

Nous flânons au bord du lac et faisons une petite marche sur la montagne surplombant le lac.
Le guide n’est pas très favorable à une ascension de cette montagne car il craint l’accident dans les pierriers. Nous décidons de l’écouter et en profitons pour récupérer et faire le plein d’énergie. Quelques membres du groupe se lancent dans la marche vers le sommet bravant ainsi les consignes. Des tensions sont perceptibles car certains se plaignent de l’intensité du parcours, de la nourriture soi-disant trop peu abondante et s’inquiètent du déroulement du programme pour les jours suivants.
Pour ma part il y a bien longtemps que j’ai abandonné une quelconque idée de programme et que je me consacre pleinement à profiter de chaque instant passé dans cette nature sauvage et magnifique.
Reiner pêche le premier poisson de sa vie. Il est heureux comme un enfant qui ouvre ses cadeaux pour noël.
Le soir nous dégustons de la viande de renne avant de nous reposer.

10ème jour : environ 10h00 de marche et 1h00 de pause déjeuner.

Lever 5h20.
Petit déjeuner 6h00.
Départ : 7h30.

Nous remontons un vaste plateau en longeant des lacs et en traversant un petit glacier.
Peu à peu le sol devient aride et le marais fait place à une sorte de désert. Heureusement au creux des collines serpentent quelques petits cours d’eau. Nous déjeunons dans un de ces creux avant de repartir dans cette succession de montées et de descentes caillouteuses bordées par une imposante montagne.
Au loin des crêtes acérées au pied desquelles nous établirons le campement. Soudain alors que nous surplombons la vallée nous voyons passer au loin notre caravane de chevaux.
Le rythme de marche est soutenu et c’est à 17h45 que nous atteignons le camp.
Deux petits lacs bordent celui-ci. Nous nous baignons, profitons d’un repas bien mérité et allons nous coucher sans plus tarder vers 20h30. Demain une marche de plus de 30 km nous attend.

11ème jour : environ 10h00 de marche et 1h00 de pause déjeuner.

Lever 5h20.
Petit déjeuner 6h00.
Départ : 7h30.

Nous suivons et traversons le lit de la rivière pendant près de 10 km. Les cailloux rendent la progression délicate et meurtrissent les pieds fragilisés. Le paysage est magnifique : la rivière coule au cœur des montagnes. Nous quittons alors la rivière pour évoluer en forêt. Un chemin peu marqué  est tracé.
Après le déjeuner nous reprenons la marche dans la forêt de feuillus et de résineux sous une chaleur pesante.

La marche est longue et le camp tarde à venir.
Nous l’atteignons vers 18h00. Au bord de la rivière la vue sur les montagnes avec le soleil descendant à l’horizon est merveilleuse. Un bon repas et au lit sans trop tarder.

12ème jour : environ 11h00 de marche (nombreux franchissements de rivières) et 1h00 de pause déjeuner.

Lever 5h20.
Petit déjeuner 6h00.
Départ : 7h30.

Dès le départ, c’est bottes obligatoires. La rivière est profonde et après 1 heure de franchissements divers tout le monde a rempli ses bottes. Les pieds souffrent et les exercices de franchissements deviennent périlleux voire dangereux. En plus nous avançons à un rythme trop lent pour rejoindre le campement.
A 11h40, après le déjeuner, le guide local décide de prendre un chemin à travers la taïga.
Un horseman restera avec nous pour indiquer la voix à suivre.
S’en suivent 5 heures de marche dans la forêt de mélèzes. Le chemin est monotone et l’eau se fait rare. Tout le monde souffre. Nous marchons devant avec le guide et discutons de choses et d’autres pour passer le temps.
Tout le monde manque d’eau et c’est avec soulagement qu’une prairie apparait dans la forêt. Nous trouvons quelques mares et soulevons la mousse pour faire le plein d’une eau peu engageante mais vitale. Notre gourde filtrante prend tout son sens.
Vers 18h00 nous atteignons le campement au milieu d’un immense champ au bout duquel se dresse un glacier. Nous décidons de manger rapidement et nous sommes finalement 4 à partir avec le guide à la découverte de cet icefield. Une fois de plus les distances sont impressionnantes et il nous faudra compter deux bonnes heures aller-retour pour atteindre et découvrir le glacier. Le coucher de soleil sur la glace est magnifique.
Nous nous couchons épuisé mais ravi par cette journée intense d’aventure.

13ème jour : environ 3h30 de marche.

Lever 5h30
Petit déjeuner 6h00
Départ : 9h15

Certains envisageaient une exploration du champ de glace mais la journée précédente a laissé des traces et chacun se repose auprès du feu.
Nous partons et rejoignons une piste que nous suivons pendant près de 3 heures sous une chaleur assez forte.
Au bout de la route une rivière profonde, que nous ne traverserons pas à pied, puisque le camion qui doit nous emmener à Sasyr nous attend. Ce soir nous dormirons dans la maison des horsemen. Nous déjeunons, prenons quelques photos, découvrons la nouvelle équipe de rangers qui nous accompagnera pendant la descente de la rivière Moma qui serpente dans la réserve du parc naturel Momsky.
Après avoir chargé nos affaires dans le camion nous montons dans la benne et partons pour 45 minutes de piste en direction du village. Je dois être bien épuisé car je parviens à m’endormir quelques instants malgré le bruit et les sauts occasionnés par la piste défoncée.
Arrivé à Sassyr nous séparons le groupe en deux parties.
Nous dormirons dans la maison de Nicolaï avec Lotti, Reiner et le guide français.
Pendant un jour et demi nous mangeons des mets succulents et en quantité. (renne, élan, pommes de terre aux oignons, gâteau maison …). Nous passons énormément de temps avec la femme de Nicolaï qui est ravie de recevoir ainsi des invités.
Les jeunes enfants ne sont pas en reste.

Nous lavons quelques vêtements, jouons aux cartes et  nous profitons de la soirée avec Reiner et Loti autour d’un verre de rhum.

14ème jour:

Lever 8h45
Petit déjeuner copieux
Visite du musée de la ville et retour sous la pluie.
Mike nous apprend une mauvaise nouvelle. Simone s’est blessée au niveau de la cheville en marchant dans la rue. Heureusement que la partie marche est finie. Le guide français gère la crise.
L’après-midi et la soirée sont consacrées au tri de la nourriture restant du trek pour savoir ce qu’il convient de racheter en vue de la partie canoé.

15ème jour:

Nous faisons les ultimes courses et le camion nous transfert au lieu de stockage des canoés puis à la rivière.
Nous pagayons 3 heures et nous arrêtons sur une plage de sable pour établir le bivouac.
Nous pêchons nos premiers poissons, principalement des brochets.

16ème jour : 7h30 de pagaie avec des pauses.

Lever 5h30
Petit déjeuner 6h00
Départ : 7h45

Longue journée de pagaie à travers la taïga. Le courant est faible et oblige à forcer sur les bras.
Un équipage est rapidement en difficulté du fait d’un problème physique à l’épaule. Nous faisons des pauses pêche. Les deux Seb attrapent un brochet.

Le soir un beau coucher de soleil et un bain dans la rivière achève la journée.

17ème jour : 7h30 de pagaie avec des pauses.

Lever 5h30
Petit déjeuner 6h00
Départ : 7h45

Le matin un vent glacial parcours le camp. Nous nous activons pour faire nos sacs et préparer les canoés.
Les mains sont gelées et les bonnets sont de sortie.
Nous pagayons contre le vent qui génère des petites vagues et un courant contraire.
Avec mon frère nous adoptons un coup de rame vigoureux qui nous réchauffe rapidement.
Derrière deux équipages sont en « galère ».
Le guide local décide d’inverser trois équipages.
La rivière change d’aspect et forme de longs virages qui nous font parfois revenir sur nos pas. Nous essayons de nous repérer avec les montagnes qui sont tantôt à notre droite, puis à gauche ou même derrière. De toute manière, il faut pagayer. Nous voyons de plus en plus de goélands et de sternes.
Le soir au bivouac nous prenons un apéro tous les trois après avoir installé les tentes dans un mélange de buissons et de hautes herbes. Nous tardons un peu à nous coucher. Le canoé est usant en journée mais laisse moins de traces physiques que les longues heures de marche. Nicolas, le guide français, pratique une pêche addictive et efficace.
Dans la nuit nous sommes réveillés par un goéland qui est venu explorer les rebords de notre tente.

18ème jour : 7h30 de pagaie avec des pauses.

Lever 5h30
Petit déjeuner 6h00
Départ : 7h45

La rivière s’élargit et atteint parfois plus de 100m de large.
Elle est alimentée par de nombreux cours d’eau qui surgissent au détour d’un virage.
Nous faisons une pause près d’une cabane de rangers. Il nous donne pour l’occasion un gros morceau de viande d’élan.
Nous reprenons la rame avec au loin la vue sur le mont Pobeda et les glaciers environnants.
Au détour d’un virage nous apercevons un élan qui boit tranquillement. Il repart majestueusement dans la taïga à flanc de colline. Une heure plus tard nous atteignons une petite enclave marécageuse pénétrée par un bras de rivière. Nous accostons et sortons les lancers bien décidés à capturer de gros brochets. Tandis que Slava et le ranger tape dans l’eau pour faire se déplacer les mastodontes  nous lançons les cuillères. Le poisson ne tarde pas à mordre et je sors un brochet de plus de 60cm.

Nicolas n’est pas en reste et capture une bête encore plus grosse, tandis que phil doit se contenter d’un bon 45cm.
Le soir nous fêtons la journée d’une rasade de poire et dégustons la viande d’élan avec du riz. Le ranger nous fait déguster des boyaux de poisson bouillis riches en vitamine D.

19ème jour : petite journée de pagaie avec nombreux arrêts pêche.

Lever 5h30
Petit déjeuner 6h00
Départ : 7h45

Au réveil une brume épaisse ondule au dessus de la rivière. Les goélands poussent quelques longs cris.
La rivière perd du fond et il nous faut serpenter pour ne pas accrocher les pierres et percer la toile des canoés.
Peu à peu la rivière devient une sorte de vaste flaque d’eau de 300m de large et il faut être vigilant car les pierres génèrent quelques petits courants bien traîtres.
Nous accostons pour réparer une crevaison et Mike se sèche car il est tombé dans l’eau.
Nous plantons le bivouac dans la plaine inondée avec vue sur un icefield et le volcan Palagan Tas, objectif du lendemain.

20ème jour : 13h30 de marche et 1h de pause déjeuner

Lever 5h00
Petit déjeuner 5h20
Départ : 6h15

Ce matin nous ne sommes que 7 à nous lancer dans la marche. (les 3 français, Reiner et Lotti, les deux guides)
Une fois de plus les distances sont difficiles à apprécier. Le volcan ne parait pas si loin mais le terrain hostile rend la progression difficile. Nous passerons toute la journée dans nos bottes.
Nous suivons la rivière qui contourne le volcan en grimpant progressivement. La voie directe est inenvisageable compte tenu de la nature du terrain fait de mousse et de marécages. Il nous faudra pas loin de 6h pour atteindre le pied du volcan. La marche dans les cailloux de la rivière a été éprouvante mais que dire des deux heures passées à s’extirper de la mousse sous la forêt de mélèzes à la moyenne de 1km par heure.

Heureusement la montagne nous a laissé de délicieuses myrtilles sur ces flancs fertiles. Ils ne seront que quatre à atteindre le sommet 40 minutes plus tard, parmi lesquels mon frère, Ted le Gallois, le guide français et le guide local. Personnellement, je renonce car depuis plus d’une heure trente je me restreins en eau attendant la prochaine rivière qui n’arrivera jamais. Je prends mon mal en patience et me ravitaille avec le reste du groupe. 1h30 plus tard les 4 grimpeurs nous rejoignent et prennent 20 minutes de pause avant de partir pour le retour. Tout le monde manque d’eau et l’heure de marche épuisante qui nous sépare de la rivière est interminable. Quand finalement nous entendons le clapotis chacun se précipite pour refroidir les corps surchauffés par l’effort et la chaleur.
S’en suivent 6 heures de descente interminable en serpentant de part et d’autre d’une rivière au lit parsemé de troncs d’arbres et jonché de galets faisant souffrir les pieds de tous.
Nous rejoignons le camp à 21h15 exténués et applaudis par ceux qui étaient restés au campement.
Je suis déçu de ne pas avoir atteint le sommet mais heureux de constater que je suis encore bien physiquement et que mes pieds surchauffés ne souffrent d’aucune ampoule ni contusion. Je positive en me disant que cela me servira de leçon et que la prochaine fois je gérerai mieux mes réserves en eau. Mon frère est ravi de cette journée défi et peut être fier de la performance accomplie.

21ème jour : 5h de pagaie

Lever 7h30
Petit déjeuner 8h00
Départ : 9h00

Nous traversons la rivière pour nous rendre sur le champ de glace.
Puis nous pagayons près de 5h pour rejoindre un campement aménagé par les rangers. Nous installons nos tentes et mangeons autour d’une table sous un abri ! Le soir nous entamons quelques chants dans une ambiance détendue marquant la fin des grosses journées d’efforts physiques.

22ème jour : 6h de pagaie

Lever 7h30
Petit déjeuner 8h00
Départ : 9h00

Arrivée au dernier camp pour deux jours d’installation.
Puis ce sera le transfert par bateau à moteur vers la ville de Koonu où nous passerons une nuit avant le retour sur Yakutsk.

Au 27ème jour nous serons de retour en France.

Défis avec les objets du quotidien

1 tranche de citron, un stylo, un sachet de thé … autant d’objets de la vie quotidienne qui te donnent la possibilité de réaliser des petits défis.

Basés principalement sur des lancers ces exercices vont te demander de l’adresse, de la chance et de la persévérance.

A toi de jouer ! Sois inventif et repousse tes limites.

Un groupe d’amis (« Dude Perfect ») a fait de ces activités un véritable mode de vie :

 

Apprendre les verbes irréguliers anglais

Les verbes irréguliers en anglais

Si tu vivais dans un pays anglo-saxon tu ne te rendrais même pas compte que tu les a appris. Le privilège de la pratique !

Mais là tu vas devoir t’y coller. En fait ce n’est pas si difficile si tu t’y prends avec méthode.

Le plus important c’est de ne pas attendre que l’on te demande de les apprendre.

15 verbes par semaine et en 1 mois tu seras déjà bien armé.

https://www.helloemily.fr/irregular-verbs

Hello Emily

« Hello Emily » c’est le site de ressources vidéos pour l’apprentissage de l’anglais qui monte.

En plus des vidéos, les concepteurs proposent des activités pédagogiques de type e-learning. Tu te retrouves ainsi à écouter une conversation comme dans la vraie vie et cela t’aide à acquérir du vocabulaire et des structures de phrases sans t’en rendre compte.

https://helloemily.fr

 

 

Best trekking and travelling clothes and gears in 2020

1  Backpack : Hyperlite Mountain Gear Junction 3400

55L, The Junction has a versatile pocket configuration that allows for ventilation and visibility in the front mesh pocket, while still giving you the durability and privacy of the hardline material on the side pockets. This will allow users to dry out wet gear, like clothing or a shelter, in the front mesh pocket, but the side pockets will remain durable and won’t develop rips or tears nearly as easily as mesh would.

Light, durable waterproof dyneema

https://www.hyperlitemountaingear.com/

1  polyamid trek pant

1  Vollebak 100 Year Shorts: Khaki edition. The only pair of shorts built to survive into the 22nd century.

Extemely durable, water repellent, stretch, fireproof

vollebak.com

2  Icebreaker merino Tee-shirt

Durable, odor resistant

1   Woolpower Zip TurtleNeck 200

Extremely durable, odor resistant

https://www.woolpower.se/en/

1  Vollebak Mountain shirt

Durable, confortable, odor resistant

1  Vollebak 100 year vest

Extremely durable, fireproof

Eleven external pockets

https://www.vollebak.com/gear/shirts/

1  Brynje Super Thermo T-Shirt

Extremely durable, quick drying, good for all seasons

https://www.brynje-shop.com/

3  Icebreaker boxers

1  Outlier slim dungaree

Durable, quick drying, water repellent

https://outlier.nyc/

1  Gore-Tex Pro vest

1  Gore-Tex Pro shell Pant

1  Synthetic or down sweater hoodie

2  Brynje Active Wool Light Socks

Durable, breathable, odor resistant, good for all seasons

1  Woolpower Socks 400 Black

Durable, comfortable, warm, odor resistant

La profondeur des Océans, le volume des Océans

Exploration de la Fosse des Mariannes.

Nous allons descendre dans les profondeurs de la fosse des Mariannes. Le point le plus profond de cette fosse se situe à 10 994 m et a été nommé Challenger deep.

La fosse des Mariannes se situe dans l’Océan Pacifique.

Bonne plongée. Attention ça peut faire peur !!!

1 ft = 0,3048m

0 ft : le point noir est une représentation approximative d’une personne de plus de 1m83

350 ft (106,68m) : Profondeur maximale de plongée d’une baleine bleue, le plus gros animal connu (taille adulte à l’échelle)

1250 ft (381m) : hauteur de l’Empire Sate Building.

3280 ft (1000m) : Après ce point, la lumière ne peut plus pénétrer l’eau

5280 ft (1609m)

13120 ft (4000m) : commencement de la zone abyssale. La pression de l’eau à ce niveau atteint environ 75 842,33 kPa (758,42 bar)

20 000 ft (6096 m) : Zone hadale. Le niveau de pression atteint plus de 1000 bars. La vie existe à ces profondeurs. Clairsemée mais elle existe.

31 000 ft (9449 m) : Les avions volent à peu près à cette altitude.

36 000 ft (10 994 m, dernière correction) : Challenger Deep, le point le plus profond connu dans l’océan. Cette fosse océanique doit son nom au HMS Challenger (7ème du nom) de la Royal Navy qui a fait la première mesure de ce point. C’est le HMS Challenger 5ème du nom qui a découvert la fosse des Mariannes en 1875.

Si vous en voulez encore :

Mais finalement ce qui est encore plus surprenant c’est que toute cette eau présente à la surface de la Terr représente un bien petit volume à l’échelle de la planète.

L’obscurité au delà de 1000 m.

Les rayons de lumière ne pénètrent pas au delà de 1000 m. La photosynthèse y est donc impossible.

La bioluminescence, produite par les organismes vivants, est la seule source de lumière dans les profondeurs. La bioluminescence est la production et l’émission de lumière par un organisme. Cette émission de lumière se fait par la réaction biochimique entre une protéine substrat, la luciférine, et une enzyme, la luciférase. Cette réaction produit une lumière qui émet dans le spectre du bleu.

 

Fat Ripper (P.K Ripper) bmx

Le Fat ripper est un bmx.

Voici un vélo qui sort de l’ordinaire.

Vous connaissiez les bmx, vous connaissiez le fat bike, voici venu le temps du fat bmx.

Fat ripper bike

Le fat ripper c’est un cadre à la géométrie typée bmx avec des roues de 26 pouces et des pneus de 3,5 pouces.

SE fat ripper 2019

Les caractéristiques du vélo.

Coté matériaux on est sur de l’aluminium 6066 et du Cr-Mo

Coté roues on trouve des moyeux en alliage 36H, arrière scellé, moyeu avant de 135 mm et moyeu arrière de 170 mm, avec jantes SE 65mm, cassette 14T, rayons inox.

Pour freiner la bête (16,42 kg) deux freins à disques sont prévus, Avid BB5, disque mécanique, facile à régler avec système de positionnement à étrier Tri-Align, rotor de 160 mm, avant et arrière.

Les pneus sont des Vane Tire Co x SE Racing Chicane, 26 « x 3.50 », 72TPI assurant une bonne tenue dans le temps et une surface de roulement optimale.

Mais alors on fait quoi avec ce type de vélo.

Clairement, on l’utilise sur des terrains peu pentus à moins de se faire déposer au sommet de la côte.

Premièrement on prend du plaisir à rouler tranquillement que ce soit dans la ville, en bord de mer, sur vos chemins favoris.

La géométrie en fait une machine idéale pour réaliser des wheelings.

Mais sa grosse particularité est de gommer les obstacles qui se présentent face à lui grâce à ses pneus surdimensionnés. La moindre courbure de trottoir devient une rampe, les escaliers font office de tremplin et avec sa conception solide il est prêt à encaisser les sauts.

Voici ce que sont capables de réaliser certains propriétaires de ce bike.
Voici ce qu'en dit l'auteur de la chaine "Seth's Bike Hacks".

Avec des pneus de 26 pouces par 3 pouces et demi, c’est un vélo vraiment gros, mais c’est clairement aussi un BMX. Le Fat Ripper a été conçu et testé par Todd Lyons, légende du BMX, chef de marque pour SE Bikes. Dans sa vidéo, vous verrez que les gros pneus transforment les bosses du trottoir en rampes droites. C'est Todd qui a envoyé cette moto à l’essai, alors aujourd’hui, nous allons faire ce style à Miami. La première chose que j'ai remarquée à propos de Fat Ripper était son apparence. Des ornements de BMX de la vieille école aux découpes en forme de logo SE sur les jantes, cette chose fait tourner les têtes. Une autre chose que j'ai remarquée est que les pneus massifs pépient à chaque fois que la moto se pose lorsque la masse des roues s'adapte à leur vitesse d'avancement. C’est la seule chose que vous entendrez quand le Fat Ripper atterrira, car ces parties sont prêtes au combat. L’équipage Fat Ripper pesait 36 ??livres et, pour être honnête, j’ai été surpris qu’il ne soit pas plus lourd. Après tout, ce vélo n’est pas juste pour le spectacle, il peut gérer les abus que vous êtes en droit d’attendre d’un BMX. En raison de son poids, vous devez avoir la main lourde avec le Fat Ripper si vous voulez qu’il obéisse à vos ordres. Les escaliers ne ressemblent à rien. Les bordures sont comme des rampes de kick. Les rampes sont comme des rampes. Si vous avez sauté sur un BMX, vous pourrez sauter avec le Fat Ripper. J’ai déjà piloté un BMX sur des pistes de vélo de montagne et c’est un parcours assez difficile sur les sections les plus accidentées. La Fat Ripper ressemble plus à une grosse moto dans une géométrie BMX qui vous invite à prendre l’air. Le cadre rigide et les pneus rebondis font voler ce cochon. À l’instar des autres vélos que nous avons testés sur cette chaîne, je peux déjà sentir les commentaires sur le fait que c’est pour attirer l’attention ou que c’est totalement irréalisable. Cette minorité vocale est un peu triste. Fat Ripper est sans vergogne flamboyant et peu pratique, et c’est ce qui le rend si génial. C’est le vélo idéal pour la plage, les manèges, les balades dans les bars ou même pour se déplacer en ville d’une manière indisciplinée. Il pèse moins que la plupart des croiseurs et est plus confortable que la plupart des grosses motos. Le Fat Ripper est l’ultime dispositif de délivrance de sourire, et je ne peux pas arrêter de le conduire. J'espère que cela vous fera sourire, parce que nous verrons beaucoup plus de cette moto ici. Merci d’être avec moi aujourd’hui et à la prochaine fois.