Défi Muscle up

Dans le genre défi, celui là est particulièrement difficile à relever.

Combien de temps vous faudra-t-il pour réaliser votre premier muscle-up ?

Vous allez passer par :

  • douleurs aux mains
  • douleurs aux épaules
  • la tentation du découragement

Mais finalement la satisfaction d’y être parvenu l’emportera sur tout le reste.

Bon moi je n’ai pas trop de mérite je me suis entrainé sur le meilleur spot du monde.

Spikeball

Spikeball

 

Partons à la découverte d’un jeu qui a toutes les chances d’exploser en France.

Le Spikeball a été créé en 1989 par Jeff Knurek dans la région de Chicago.

Le Spikeball n’est quasiment pas médiatisé du fait de sa faible notoriété actuelle mais on compte 250 000 pratiquants au Etats-Unis et des compétitions entre clubs.

Le matériel : un filet de trampoline, quatre pieds et une balle de Spikeball.

Le Spikeball est un sport opposant deux équipes de deux joueurs (des variantes existent à deux ou six joueurs) et peut se jouer sur n’importe quelle surface. Les plus fréquentes sont le sable (plages) et l’herbe (parcs, jardins…).

Le but du jeu est de faire rebondir la balle (12 pouces = 30,5 cm) sur le filet de façon à ce que l’équipe adverse ne soit pas capable de la retourner.

On peut également s’amuser à faire le plus d’échanges possibles.

Les règles du Spikeball

  • Un trampoline Spikeball est au centre du terrain et les équipes se font face de part et d’autre du filet, à une distance de six pieds (1,80 m), à l’exception du réceptionneur qui se place où il le décide.

 Le service :
  • Le serveur frappe la balle sur le trampoline en direction du joueur adverse. Le réceptionneur est le seul joueur autorisé à réceptionner le service, il peut se placer où il veut.

  • Il n’existe pas de limite de force aux services, les services courts sont autorisés.

  • Le let : un let est commis lorsque la balle touche le cadre du trampoline. Dans ce cas, le joueur est autorisé à servir une seconde fois. S’il commet une nouvelle faute, son équipe perd le point.

  • L’équipe qui remporte un point, doit mettre la balle en jeu le point suivant en alternant le serveur à chaque point.

Au cours de l’échange :
  • Lorsque la balle rebondit sur le filet, c’est à l’autre équipe de jouer la balle.

  • Une équipe peut faire jusqu’à trois passes (main, tête,corps,pied …) pour retourner la balle sur le filet. Les joueurs ne peuvent pas utiliser deux mains à la fois

  • Un joueur n’est pas autorisé à toucher la balle deux fois d’affilée.

  • Le contact avec la balle doit être franc : elle ne doit pas être attrapée, transportée ou lancée.

  • Les joueurs peuvent bouger où ils veulent durant le jeu, mais ils ne doivent empêcher un adversaire de jouer la balle.

  • Un échange se termine et un point est attribué quand :

    • La balle touche le sol ou qu’elle n’est pas retournée sur le filet en un maximum de trois contacts.

    • La balle est frappée directement sur le cadre à n’importe quel moment, incluant au service.

    • La balle rebondit sur le filet et retombe sur celui-ci ou sur le cadre.

    • La balle roule sur le filet.

    • Un joueur commet deux fautes consécutives au service.

Le comptage des points :
  • Les sets sont habituellement de 11, 15 ou 21 points.

  • Il doit y avoir une différence d’un minimum de 2 points entre les deux équipes afin de gagner une manche.

Quelques beaux échanges :

Tir de précision pétanque

La même feuille de marque au format PDF :

feuille-de-marque-tir-de-precision

Rappel des règles du tir de précision :

Conditions
–    Boule cible de couleur claire, diamètre de 74 mm et poids de 700 g
–    Boules obstacles de couleur foncée
–    Cercle cible de 1m de diamètre
–    Cercle du joueur de 50 cm de diamètre
–    La boule cible est toujours placée au centre du cercle cible
–    Le tir est valable lorsque l’impact du tir se situe à l’intérieur du cercle cible.
–    le tir ne rapporte qu’un point si un obstacle (boule ou but) est touché en second (au recul par exemple) et aucun point si un obstacle est touché en premier.

Tir à la boule

1 point si la boule cible est touchée, 3 si elle sort et 5 si la boule de tir reste dans le cercle.

Tir derrière le cochonnet

Le cochonnet est situé à 10 cm devant le boule cible.

1 point si la boule cible est touchée, 3 si elle sort et 5 si la boule de tir reste dans le cercle.

Tir de la Boule au centre

Les boules foncées sont placées de part et d’autre de la boule cible, à 3 cm.

1 point si la boule cible est touchée, 3 si la boule cible est tirée seule et sort, et 5 si la boule de tir reste dans le cercle.

 Tir à la Sautée

La boule foncée est située à 10 cm devant le boule cible.

1 point si la boule cible est touchée, 3 si elle sort et 5 si la boule de tir reste dans le cercle.

Tir au Cochonnet

Le cochonnet est placé à 20 cm du bord du rond, coté tireur.

3 points si le cochonnet est touché, 5 si il sort.

Le jeu des 6 palets

Tu as découvert ce jeu diabolique dans les fêtes foraines et toi aussi tu veux réussir à gagner.

Voici comment gagner au jeu des 6palets.

Si tu ne connais pas le jeu des 6 palets, un rappel des règles : tu dois recouvrir intégralement un disque avec 6 autres disques (palets).

Pour cela tu vas déposer les palets un par un sur le disque sans avoir la possibilité de faire des ajustements (chaque palet est lâché et on ne peut plus modifier sa position).

Tu vas pouvoir apprendre des techniques et télécharger gratuitement un kit de jeu qui te permettra non seulement de t’entrainer pour remporter des lots à la fête foraine mais aussi de mettre au défi tes amis.

Vidéo jeu des 6 palets

Voici un tutoriel vidéo que j’ai mis en ligne en 2014.

Je présente une technique d’entrainement au jeu des 6palets et l’élément clef à retenir : travailler avec les points d’intersection.

Vidéo en direct sur le stand :

« Si tu veux être certain de ne pas perdre, ne joue pas ! » (en savoir plus sur l’effet Barnum)

Sinon tu peux commencer par télécharger un kit d’entrainement gratuit ci-dessous.

Kit gratuit jeu des 6 palets

palets-et-disque

Si la dimension ne te convient pas, pas de problème, je te donne le coefficient multiplicateur qui te permettra de fabriquer ton propre kit.

Le rapport entre le disque et les palets est d’environ 1,79528.

Plus précisément :  

Pour augmenter le taux de réussite au jeu des 6 palets, il suffit d’augmenter légèrement la taille des palets.

Exemples de diamètres possibles :

Diamètre du disque        diamètre théorique            diamètre raisonnable pour le jeu

20 cm                 11,141 cm                            11,25 cm (1%)   ou   11,37 cm (2%)

25 cm                 13,926 cm                          14,07 cm (1%)   ou   14,21 cm (2%)

Le vélo à direction inversée

C’est quoi un vélo à direction inversée ?

Quand je tourne le guidon à droite le vélo part à gauche et inversement.

C’est une attraction que l’on rencontre parfois sur les fêtes foraines.

Attention, « Piloter » ce genre d’engin revient à ré-apprendre à faire du vélo.

Ainsi, la première fois que l’on monte sur ce type de vélo, faire un tour de roue est juste inenvisageable.

Sans un entrainement de plusieurs dizaines d’heures, il est impossible de parcourir plus de 3 mètres.

Si l’envie vous prend de construire un vélo à direction inversée, sachez qu’en vous entrainant à le maitriser vous allez perdre les bases de l’équilibre nécessaire au guidage d’un vélo classique.

Si vous aimez ce genre de défi vous allez aussi apprécier le jeu de l’échelle.

L’arc de cercle de la surface de réparation

A quoi sert l’arc de cercle situé au niveau de la surface de réparation sur un terrain de foot ?

Pourquoi on doit se placer à 9,15 m du ballon sur une remise en jeu au pied par l’adversaire ?

Les Anglais utilisent le yard pour effectuer les mesures de longueurs.

Pour une remise en jeu ils se placent à 10 yards.

10 yards = 9,144 m soit environ 9,15 m.

Venant en à ce fameux arc de cercle. (flèche rouge)

Le point de pénalty (flèche bleu) se trouve à 11 mètres de la ligne de but.

La ligne qui délimite de la surface de réparation (flèche jaune) se trouve à 16,50 mètres de la ligne de but.

Ainsi le point de pénalty se trouve en certains points à moins de 9,15 m de la ligne qui délimite la surface de réparation. (16,50 – 11 = 5,50)

Pour rétablir une distance de 9,15 m entre le ballon et les joueurs au moment du tir de pénalty, on a tracé un cercle de 9,15 m de rayon dont le centre est le point de pénalty. La partie de ce cercle qui sort de la surface de réparation constitue notre arc de cercle mystérieux.

C’est pourquoi au moment du tir du pénalty aucun joueur ne peut se trouver dans la surface de réparation ni dans la portion délimitée par l’arc de cercle.

 

La vitesse de la lumière

Non, l’Espace-Temps ce n’est pas de la science-fiction, et c’est quand même très perturbant !

La vitesse de la lumière est de 299 792 458 m/s.

On dit souvent 300 000 km/s pour simplifier.

Ok, c’est beaucoup mais s’il n’y avait que cela notre cerveau ne se mettrait pas à chauffer.

Le truc qui vient nous perturber est le suivant :

Une personne qui mesure la vitesse d’une particule de lumière en faisant une expérience dans un train en mouvement trouve le même résultat que quelqu’un qui mesure la vitesse de la même particule de lumière en restant immobile à l’extérieur du train. La vitesse de la lumière est la même que l’on soit en mouvement ou immobile. C’est la théorie de l’Espace-Temps.

Pourquoi c’est perturbant ?

Prenons une situation plus simple.

Un train en mouvement, des observateurs et une personne qui marche dans le train.

Je suis immobile à l’extérieur du train et je mesure la vitesse du train qui passe (disons 100 km/h). Dans le train, il y a une personne qui marche (disons 4 km/h) et une personne immobile (0 km/h).

Le train se déplace et le bonhomme vert marche

_________________

Vitesse de la personne immobile dans le train pour l’observateur extérieur = Vitesse du train = 100 km/h (je vois passer le bonhomme rouge à 100 km/h)

Vitesse de la personne qui marche dans le train pour l’observateur extérieur =  Vitesse du train + Vitesse de marche dans le train = 100 + 4 = 104 km/h (je vois passer le bonhomme vert à 104 km/h)

Vitesse de la personne qui marche dans le train pour l’observateur immobile dans le train = vitesse de marche = 4 km/h

L’observateur dans le train et l’observateur extérieur mesurent une vitesse différente. C’est plutôt logique car au cours de la même durée pour l’observateur qui est dans le train la personne qui marche dans le train a parcouru une plus petite distance que pour l’observateur qui se trouve à l’extérieur. Autrement dit, pour l’observateur qui se trouve dans le train la personne qui marche parcourt peu de distance en allant lentement (4 km/h) et pour l’observateur qui est à l’extérieur du train la personne qui marche parcourt plus de distance (vu que le train la fait se déplacer en plus de sa marche) a une vitesse plus rapide (104 km/h). Du coup pour les deux observateurs la personne qui marche atteint le même point d’arrivée au bout du même temps en allant à des vitesses différentes.

Maintenant je remplace la personne qui marche dans le train par une particule de lumière. Et là au secours !

Vitesse de la particule de lumière pour l’observateur extérieur300 000 km/h

Vitesse de la particule de lumière pour l’observateur immobile dans le train300 000 km/h

L’observateur dans le train et l’observateur extérieur mesurent exactement la même vitesse alors que la particule de lumière parcourt plus de distance dans un cas que dans l’autre.

Comment est-ce possible ?

Une seule possibilité. Le temps ne s’écoule pas dans le train au même rythme qu’à l’extérieur du train. Le temps « ralentit » dans le train qui est en déplacement. Le temps devient une dimension relative. Il est lié à la position et au mouvement de l’observateur.

Oupssss !!!!! mais alors, quand je regarde un train qui passe, je ne vis pas le même temps qu’une personne qui voyage en train. Eh bien non.

Mais en fait la vitesse de la lumière est tellement rapide par rapport à la vitesse du train que cette différence est extrêmement faible et complètement imperceptible.

Pour la percevoir réellement il faudrait faire rouler le train à des vitesses qui se rapprochent de la vitesse de la lumière.

Disons qu’on imagine un vaisseau qui file à travers l’espace à une vitesse proche de celle de la lumière. Pas de chance on ne sait pas les construire.

On va se contenter d’un satellite qui file à 11 km/s, et à l’intérieur duquel on a placé une horloge atomique hyper précise. Cette horloge se désynchronise d’une horloge immobile au sol comme le prévoit la théorie de l’Espace-Temps.

C’est en 1905, qu’Albert Einstein a réussi le tour de force de penser cette théorie, d’en définir les éléments caractéristiques et en s’appuyant sur les travaux de Lorentz et les expériences menées par Michelson et Morley de mettre en équation la théorie de la relativité restreinte et la théorie de la relativité générale.

Cette théorie est utilisée avec succès tous les jours pour mettre à jour vos coordonnées GPS.

3 questions scientifiques intrigantes

1- Pourquoi quand je suis dans un train, avion … en déplacement, quand je saute à pieds joints je retombe au même endroit, pourquoi une mouche qui se ballade dans un wagon ne va-t-elle pas heurter violemment l’arrière du wagon en déplacement ? Pourquoi est-ce que je suis lié à l’objet qui se déplace alors que je ne le touche pas ?

C’est le fameux principe d’inertie en grande partie établi par le savant italien Galilée mais dont la première formulation complète a été proposée par Isaac Newton dans son ouvrage « Philosophiae naturalis principia mathematica » publié en 1687:

« Tout corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n’agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d’état »

Le principe d’inertie est par ailleurs aussi connu sous le nom de première loi de newton.

Attention : si des forces d’accélération sont en jeu rien ne va plus. C’est pour cela qu’il faut attacher sa ceinture de sécurité et que vous êtes déséquilibré quand le train accélère ou ralentit de manière trop brusque.

2- Est-ce que si je voyage dans l’espace (espace homogène, isotrope, vide , pas de gravité, pas de mécanique quantique) à une vitesse très grande, proche de la vitesse de la lumière, je vais vieillir moins vite ? (est-ce de la science fiction ou bien une réalité ?)

C’est totalement vrai. Cela est parfaitement expliqué par la théorie de la relativité. Cette théorie relie l’Espace et le Temps et montre que ces dimensions (espace et temps) ne sont pas vécues ni observées de la même manière par des observateurs en mouvement situés à des endroits différents.

On parle de dilatation de l’espace-temps.

Ce qui perturbe également c’est le fait que cette théorie ait un incidence sur la réalité physique : le temps n’est pas perçu de la même manière et il n’est pas vécu non plus de la même manière (les cellules de votre corps vieillissent avec l’espace-temps dans lequel vous vous trouvez)

Cette théorie a été observée en réalisant des expériences avec des horloges très précises (horloge atomique). Une horloge qui voyage à grande vitesse autour de la terre (dans un satellite) se met à ralentir. Cette théorie est également utilisée quotidiennement pour ajuster les données GPS provenant des satellites. Sans cette théorie les données envoyées à un terrien en mouvement par un satellite en mouvement rapide serait complètement fausses.

3- Est-ce que tout le monde voit les mêmes couleurs ou bien parle-t-on tous de la même couleur en voyant des choses différentes ?

Le spectre inversé est une expérience de pensée envisageant que deux personnes partagent le même vocabulaire et les mêmes distinctions de couleur, bien que les propriétés de leurs perceptions soient systématiquement opposées.

Il est très peu probable que les êtres humains soient soumis massivement à ce phénomène car la structure physique de leur œil est la même. Si une différence apparaissait ce serait au niveau de l’interprétation faite par le cerveau du signal reçu par l’œil et elle concernerait uniquement les nuances avec une part de perception sans doute liée à notre culture, notre rapport aux couleurs.

Pour déterminer si malgré des appellations distinctes nous percevons ou non la même couleur, il faudrait s’affranchir de notre subjectivité en nous soumettant une couleur de façon subliminale et comparer nos activités cérébrales. Cette expérience n’étant pas envisageable, seuls les nuanciers de couleurs normalisés permettent de mettre tout le monde d’accord pour désigner une couleur… même si finalement chacun la voit à sa façon.